AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I'm not stalking u, ft. yunsu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



★ Pseudo : Pingouin
★ Messages : 57

★ Tronche : jung dae hyun
★ Age : 26
★ Logement : Appartement 5287 - OUEST-
★ Emploi : vendeur animalier et chanteur sur commande / espion dans un gang

MessageSujet: I'm not stalking u, ft. yunsu.   Mer 19 Juin - 4:44


Une certaine heure d'une certaine journée, affirmerons-nous. C'est bien à ce moment précis que ce jeune homme à l'allure quelque peu effrayante s'était mit à parler avec un sérieux indiscutable. à dire vrai, l'ordre, ou qu'importe comment vous pouvez appeler cela, était toujours le même. "suis un tel ou un tel". Dès fois j'avais la chance d'avoir une photo de la personne, d'autre fois juste une vague description avec un lieu où le trouvez avec certitude. Disons qu'aujourd'hui, le leader avait fait fort. Ce n'était pas seulement une photo ou quoi, mais quasiment un dossier. Qui était cet homme, aucune idée, et je n'allais pas tarder à le découvrir. Baek Yun Su. Styliste. Mes yeux descendirent lentement les lignes, commençant une nouvelle phrase qui semblait intéressante quand il me retira l'info en me tendant juste sa photo. « Contentes-toi de le surveiller et de me décrire en détail. » Lâchait-il avec sa grosse voix en insistant pour que je prenne ce bout de papier. C'est sans un mot que je fourrais la photo avec la tête du fameux Yun Su dans l'une des poches de mon haut. Mission du jour, suivre ce gars. à l'arrière de la photo, j'avais pu lire une sorte d'adresse où le trouver, ou même d'autre lieu. Perso, ça fait deux jours que je le suis, deux jours à me cacher dans son dos en essayant de trouver quelque chose de louche à dénoncer.

Deux jours en dehors de mon boulot, évidemment. Dès que je termine ma journée à l'animalerie, je m'empresse de mettre la main sur ce Yun Su pour le suivre en silence. Aujourd'hui encore, alors que je ne bosse pas, me voila en filature dans le quartier Sud. apparemment, il vit ici, si j'ai bien compris. Dans tout les cas, j'essaye de me faire le plus discret possible, sans lâcher mes orbes marrons de sa fine silhouette. Un masque recouvrant la moitié de mon visage qui me donne, soit une allure de malade en convalescence, soit une allure de petit voyou. Qu'importe. Je ne dois juste pas le perdre et... Merde. Faut croire que j'ai arrêté l'école trop tôt pour être si mauvais dans mes calculs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



★ Pseudo : hemingway, sterennade
★ Messages : 375

★ Tronche : key (shinee)
★ Logement : A - 7007
★ Emploi : styliste de mode

MessageSujet: Re: I'm not stalking u, ft. yunsu.   Sam 22 Juin - 12:23

I'M NOT STALKING U
+

Depuis quelques jours, j'ai une certaine impression. Un pressentiment qui me colle à la peau, et qui me taraude franchement. Ce n'est peut-être qu'une lubie de ma part, fruit d'une paranoïa naissante, mais... il y a quelque chose. Comme se sentir épié. Enfin, je divague pour sûr. C'est ainsi que je songe, affalé sur ma table de travail. On voit enfin le soleil, par dehors la fenêtre. Les franges des stores filtrent les rayons lumineux, donnant son lot de charme à la pièce. Une ambiance un peu tamisée, feutrée. Enfin, ce n'est pas cet éclairage qui va m'aider dans mes esquisses. Faut dire que je me tue bien les yeux à la tâche. Je supporte mal les lumières artificielles, du coup j'avise avec une paire de lunettes. Anselm s'est foutu de ma gueule, d'ailleurs, il a dit que je ressemblais à Harry Potter. Ce qui est bien effronté de sa part. Mais il faut voir la finalité de la chose : tant que je peux voir ce que je dessine, et que j'arrive à discerner la tête de mon collègue pour lui foutre une beigne, c'est bon Raymond. Or présentement, mon acuité visuelle m'importe peu puisque je ne parviens pas à réfléchir. Autant dire que je tourne en rond. J'ai cette fichue impression qui me turlupine. C'est à m'en donner des sueurs. Un sentiment bien désagréable que voilà. Ah, comment me le sortir de la tête ? Je vais prendre une pause. Sur le palier, j'attrape un paquet de clopes fraîchement acquis. J'aime sentir le fil plastique recouvrant la petite boîte, et tirer la linguette. Un fumeur m'a dit un jour qu'il avait la sensation de déshabiller une femme en faisant cela. Je trouve sa métaphore un peu poussée, néanmoins je partage ce plaisir. Tout cela s'apparente à un rituel. Faut être bien accro pour pouvoir penser des choses comme ça, mine de rien. Quand je ne supporte plus l'odeur de l'essence et le bruit fanfaronnant des klaxons, je rentre. Dieu, je sens que cette journée va être longue.

A midi, on se rue au restaurant du coin avec Anselm. On a nos petites habitudes maintenant, et on crève la dalle. La gérante nous connaît bien, forcément. Pis elle est toujours contente de nous voir, là aussi ça coule de source. Nous sommes charmants, et généreux avec le pourboire. Je commande un ramen que je m'empresse d'engloutir. On va fumer, on repart. Enfin je me concentre sur la nouvelle collection. Un boulot colossal nous attend, et pis on a la fâcheuse habitude de se rouler les pouces juste avant la deadline, ce qui n'arrange rien.
Dans le taxi, je regarde la ville qui défile à travers la vitre. Ces mêmes rues, immeubles, quartiers. Le conducteur badine à son aise, et je l'écoute d'une oreille distraite. Il me demande si je suis un étranger. Je ne dis rien. Parfois je voudrais éviter ce babillage déplaisant, mais l'idée de prendre le bus me révulse. Quant à ma bécane, je préfère la bichonner. How stupid is that, right ? Je ne sais pas si j'aime la ville. Avant, c'était Séoul. Pour les études, et l'amour. J'ai mis du temps à m'y faire. Et quand, enfin habitué... je suis parti. Là c'est différent. Je travaille, je mène une vie « rangée ». J'ai des responsabilités, je suis un adulte. Autant de conneries quoi. Si je pouvais, ma vie... Enfin, si c'est ça être « normal », bon dieu c'est déprimant. Enfin, je rumine ma pauvre petite mélancolie comme d'autres traînent leur cancers.

Le taxi me dépose au bas de la rue. Je paye, cher bien sûr. Je ne regarde même pas où je vais. Souvent je me sens comme un automate, qui fait ses choses, qui va et vient, sans avoir une réelle satisfaction ou un grand déplaisir. C'est comme ça. Se lever. Partir au travail. Bosser. Manger. Retour au travail. Partir. Rentrer chez soi. Délirant leitmotiv, je trouve. Une litanie attachée à nos mollets, et qui pèse. Me voilà devant ma porte. Je cherche mes clefs, elles tombent. En les ramassant, je remarque une voiture. En bon automate que je suis, j'ai mémorisé certains détails. Mais ce véhicule, là, détonne dans le paysage. Je plisse les yeux. Ce type, putain ! Je le reconnais, en dépit du machin qui recouvre son visage. Je rêve ou quoi ? C'est vrai, il y a ce stalker depuis quelques jours. Alors c'est lui, mon « impression ». HAHAHA. Je souris, caustique. Pourtant, il n'est pas l'adorateur lambda. Il est pas net, à mon avis. Si il croit qu'il va s'en sortir comme ça, il se met les doigts dans l’œil tiens. En de grandes enjambées, je traverse la rue. Je cogne sur la vitre de la voiture pour qu'il l'ouvre. Du tac au tac, je lance. « Salut ! J'te dérange pas ? Puisque tu as l'air d'être insistant, pourquoi tu entres pas, mh ? D'habitude je fais pas ça chez moi, tu sais, je préfère les hôtels... Mais bon ta libido s'impatiente on dirait, non ? Ou alors c'est l'architecture de ma maison qui te fascine ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



★ Pseudo : Pingouin
★ Messages : 57

★ Tronche : jung dae hyun
★ Age : 26
★ Logement : Appartement 5287 - OUEST-
★ Emploi : vendeur animalier et chanteur sur commande / espion dans un gang

MessageSujet: Re: I'm not stalking u, ft. yunsu.   Lun 24 Juin - 16:20

La vie est vraiment étrange. On passe des années à se voir comme un enfant, à rêver à des choses d'enfants, pour finalement se faire bousculer et pousser dans une vie d'adulte. Je sais bien que j'ai mit un certains temps avant de quitter mon adolescence pour me dire grand, et que je n'ai pas fait tout le temps les bon choix, comme avec ce gang. Certes, c'est une manière de m'affirmer, de me sentir un peu utile pour des gens qui, à mes yeux, en vaut peut-être la peine. évidemment, quand on voit leurs comportements, ça laisse un peu à désirer, mais qu'importe! Ils ne m'ont jamais rien fait de mal, bien au contraire. Le test d'entrée était des plus simple, juste pour voir en quoi j'étais bon. Qu'importe, m'étaler sur mes débuts me rend toujours mal à l'aise, surtout que j'étais un vrai boulot durant les premiers jours qui ont suivit mon admission. Depuis, ma place est toute trouvé. Espion. Pour sûr, je ne me sens pas l'âme d'une telle chose en fixant ce jeune homme aux cheveux décoloré qui ne doit se douter de rien. Enfin, ça laisse toujours une drôle d'impression d'être ainsi suivit par quelqu'un de louche comme moi. Après tout, j'ai tendance à me cacher derrière un masque, une capuche ou une casquette en croyant que ça ferait de moi l'homme invisible. Le chef l'a pourtant bien répété, "faut rester caché et discret!". Ne le suis-je pas là ? 

Après tout, beaucoup de monde connait mon visage. Tous ces gens qui passent à l'animalerie pour prendre une bestiole, ou juste pour regarder. Ils s'attardent quasiment tous sur mon joli minois, ou sur mes lèvres pulpeuses quand je commence un long dialogue inutile. Sans parler de mes sorties le soir, en boite, dans un club, un bar, un karaoké ou je ne sais où encore de bien intéressant. Il y a trop de chose contre moi pour me balader en mode décontracte, toute en suivant un jeune homme à l'allure automate. Jusqu'à présent, j'ai observé le moindre de ses faits et gestes en remarquant systématiquement la même chose. Ce Yun Su n'a pas l'air si joyeux h24. Enfin bref, je me perd encore dans des réflexions débiles et j'en oublie ma mission principale. Mes yeux s'étaient détournés quelques secondes que déjà, ils perdaient la cible de vue. Le garçon à la tignasse blonde avait disparut de mon champ de vision, me prenant rapidement au dépourvu. Quelle erreur. Comment pouvais-je perdre quelqu'un en si peu de temps ? Je pâlissais déjà en imaginant la colère de mon leader en apprenant que j'avais fait une telle bêtise. 

Un bruit reconnaissable entre milles attire mon attention sur ma vitre. Mon coeur manque plusieurs battements, maudissant ce jeune homme qui est venu jusqu'à ma voiture pour taper contre le double-verre avec ce sourire qui  ne manque pas de me surprendre. Qu'est-ce que ça veut dire ? Les yeux écarquillés, j'ouvre avec difficulté ma fenêtre, pas certains de vouloir parler avec lui. J'avais bien raison, au dépit de ses mots. Un large sourire se dessine sous mon masque. Alors il croit que je le suis pour ce genre de raison ? Et si je le laissais penser ainsi, il ne saurait rien de mon véritable but. Après tout, j'ai l'habitude de parler de ça avec d'autres personnes. N'allons pas jouer les innocents en prenant un air de vierge effarouchée. Me déranger ? Non, pas du tout. Un hôtel ? Ne serait-ce pas moins cher chez toi, hm ? Disais-je avant de retirer mon masque, l'abaissant au dessous de mon menton pour qu'il puisse, peut-être, un peu mieux m'entendre. J'avoue que l'architecture est remarque, mais disons que la tienne est sûrement mieux. De la simple provocation. Je lui répondais justement comment il me questionnait. Pourtant, ce n'était pas amusant d'être assis sur un siège de voiture en parlant à travers une vitre ouverte et une portière fermée. Je me sentais un peu prit au piège de la sorte, et légèrement à sa merci aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



★ Pseudo : hemingway, sterennade
★ Messages : 375

★ Tronche : key (shinee)
★ Logement : A - 7007
★ Emploi : styliste de mode

MessageSujet: Re: I'm not stalking u, ft. yunsu.   Dim 30 Juin - 21:44

I'M NOT STALKING U
+

« Moins cher ? Ah, tu sais, l'argent n'est pas un problème pour moi. Mais je suppose que tu l'as déjà remarqué, mh. Enfin, puisque tu es là, chez moi fera l'affaire ». Mon sourire s'étire alors que je considère le jeune homme. Il est vraiment très avenant. J'aimerais qu'il retire son masque afin de découvrir son visage tout entier. Je le scrute un instant, suspicieux et intéressé. Puis je me redresse. Peut-être m'a-t-il entendu penser, voilà que ses lèvres se révèlent. Sa voix m'apparaît plus claire, dépourvue du tissu la voilant tantôt. Je reste silencieux à sa deuxième remarque. A quel jeu nous lançons nous exactement ? « Et tu es fort avisé. Viens donc la découvrir un peu plus en détails, je t'en prie ». Je m'écarte et libère la voie. J'attrape une énième clope que je crame direct. Tendu ? Un peu, peut-être. Je sens que quelque chose ne va pas. Cette rencontre, ces échanges. Puis il est vraiment mon type. « Allons-y ». Je rebrousse chemin vers mon appartement. A l'intérieur, je lance mon sac sur le canapé, et je retire mon t-shirt. Celui-ci tombe aux pieds du nouveau venu. J'agis toujours de cette manière. Petit effronté, qu'on me nomme. Et encore, c'est plutôt aimable. Je le fixe un court instant, guettant une réaction, avant de prendre un pack de bières au frigidaire. « Alors, ça te plaît ? ». Je souris. Je ne précise pas quoi délibérément. Mon logement ? Mon corps ? La situation ? J'enchaîne sur le même ton. « Mh, je suis un peu curieux. Ça t'arrive souvent de faire « ça » ? ». Suivre les gens chez eux, aller y salir les draps. A mon avis, ce type cache bien son jeu. Bien foutu comme il est, il n'a vraiment pas besoin de stalker. Les filles doivent tomber comme des mouches à son passage. Les mecs aussi, d'ailleurs. Mais bon, ça sera à celui qui flanchera le premier. C'est pourquoi les insinuations et les remarques caustiques sont de la partie. Je m'avance vers lui, une bière aux bords des lèvres. « Donc... ». Je pose la bouteille, mes doigts glissant vers la boucle de ma ceinture. « Quelles sont tes préférences ? Je m'adapte assez bien aux exigences. Dis moi ce que tu veux ». Une certaine tension s'installe. Tout cela est vraiment étrange. Tout contre lui, en un sourire désarmant, j'ajoute d'une voix basse. « Au fait, moi c'est Yun Su. C'est le nom que tu pourras gémir quand je te donnerai du plaisir ».


There's a green light in my eyes + And I don't want to see what I've seen. To undo what has been done. Turn off all the lights.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



★ Pseudo : Pingouin
★ Messages : 57

★ Tronche : jung dae hyun
★ Age : 26
★ Logement : Appartement 5287 - OUEST-
★ Emploi : vendeur animalier et chanteur sur commande / espion dans un gang

MessageSujet: Re: I'm not stalking u, ft. yunsu.   Mer 3 Juil - 19:35

Pour l'avoir remarqué, je l'avais bien remarqué. Rien que l'apparence de son logement me donnait un avant goût de son compte en banque, mais sérieusement, ce n'est pas ce détail qui m'importait le plus. D'ailleurs, aucun détail ne m'inquiétait vraiment. J'étais juste là pour faire un rapport sur lui, pour le balancer à mon leader et obtenir toujours plus de respect et compliment. Certes, comme un bon chien, mais ça reste une bonne flatterie pour gonfler mon semblant d'égo. Avec ce masque, ce garçon ne peut clairement pas voir mon sourire taquin fleurir sur mes lèvres pulpeuses quand il me parler et m'amuser. Sa dernière remarque ne m'avait pas laisser indifférent, sans pour autant que j'ajoute de l'huile sur le feu. Doucement, je retirais ce morceau de tissu couvrant ma bouche, me permettant d'articuler un peu mieux sans passer pour un ours. Le découvrir ? Haha, dans quoi je m'embarque encore! Tout ça pour ne pas me faire chopper en tant qu'espion à la solde d'un gang quelconque rôdant dans les rues de la ville. Jusqu'à présent, je gardais le silence, ouvrant ma portière au ralentis pour quitter ma voiture et la refermer à clé derrière moi. Après tout, je laisserai jamais une chose si durement acquit à la porté de tous. Si mon logement n'est pas des meilleurs, mon moyen de transport l'est. Bref, j'abandonnai ma audi pour suivre le jeune homme, haussant les épaules pour me convaincre que je ne faisais rien de mal. Les mains dans les poches, mes pieds traînaient un peu sur le sol de son domicile sans que cela puisse me déranger outre mesure. Du moins, jusqu'à ce que son t-shirt entre dans mon champs de vision et que mes yeux se relève sur sa silhouette dénudée. D'accord, je m'embarque vraiment dans un truc de dingue! Plutôt que jouer mon rôle de stalker, je préfère m'éclater un peu... « La décoration est sympa. » Répondis-je aussitôt en parlant vaguement du logement, bien que mon regard ne quitte plus son corps dévêtit. à quoi jouer les innocents, je ne le suis plus. « ça ? Disons que je n'ai pas de limite quand il s'agit de s'amuser ~ » Faux. Je ne devrai même pas m'amuser, mais tant pis pour moi, je devais tenir ma couverture pour paraître simplement décalé, et non dangereux. Pendant les quelques minutes qui défilèrent, mes yeux ne l'avaient plus lâchés, suivant au millimètre près ses mouvements. « Je laisse généralement faire la personne, comme bon lui semble ? Je ne suis pas exigeant non plus, tu sais. » Bonjour l'image, mais je m'en fichais royalement. Jamais je ne me serais permis ceci, quelques années auparavant, pas avec mon ancien corps d'obèse. Sa dernière réplique m'arrachait un pouffement de rire, suivit d'un petit sourire en coin. « Ae On. Le nom que tu diras pour me remercier. » Glissais-je sur le même timbre de voix en venant effleurer ses lèvres avec les miennes. Qui céderait le premier ? Aucune idée, mais c'était mal, vraiment mal.



    monday, tuesday, everyday
    SUMMER ♠️ WINTER ♠️ SPRING & FALL

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



★ Pseudo : hemingway, sterennade
★ Messages : 375

★ Tronche : key (shinee)
★ Logement : A - 7007
★ Emploi : styliste de mode

MessageSujet: Re: I'm not stalking u, ft. yunsu.   Ven 2 Aoû - 16:58

I'M NOT STALKING U
+

Je trouve que la situation prend une tournure assez inattendue et... dangereuse. Quoi ? Je vais pas me mettre à coucher avec lui pour garder la face, pour le percer à jour. Enfin, façon de parler. Le pire, c'est que je sais que j'en suis capable. Bon après, si le type avait été un thon, ça aurait été différent. Mais si je l'avais rencontré dans un bar, et les choses en entraînant d'autres, il aurait pu finir dans mon plumard. Je dis alors. « Oh, je vois... Tu es un sacré joueur ? Moi aussi, j'aime bien m'amuser. On devrait former une bonne équipe... ». Les jeux, je les collectionne. Souvent ça finit bien. Parfois... eh bien on regrette. Il est vrai que j'ai vu et fait des choses. Quand je prenais encore de la drogue, c'était un peu l'orgie. Des sentiments, du cul, de l'alcool, des fêtes, des gueules de bois, des maux aux fesses. Je ne savais plus où j'étais, où ce que je faisais. J'embrassais même des filles, c'est pour dire. Les plus belles, du moins. Avec des « amis », on passait des heures à se traîner sur la piste de danse. Sur les podiums, à dévoiler des parties de soi. J'étais souvent malade en mélangeant drogues et alcool, mais pas d’overdose. En revanche, des gens qui gémissaient autour de moi, il y en avait à gogo. Pendant ces soirées, trois phases se succédaient. La première, la phase d'observation et de mise en bouche. Ensuite, la phase jouissive. Les corps se frôlent, les langues se taquinent, bref le désir bat son plein. Et puis, la descente. Les mines éreintées, les cernes qui tombent, les corps qui traînent. C'était toujours comme ça. Et nous on s'en foutait bien, de la chute dépressive. Tant qu'on pouvait boire, planer et baiser. Le bon vieux temps, quoi. Alors ouais, j'ai eu une vie plutôt mouvementée. Le pire, c'est que je suis pas si âgé que ça. J'étais seulement un prématuré, un élu. Aujourd'hui, bien sûr que je pense à la drogue. Elle était ma compagne pendant mes jeunes années. Elle me laissait en manque, souvent. Je lui en voulais, j'en tremblais même. Et puis quand elle venait à ma bouche, j'oubliais tous mes tourments. Je me sentais bien à nouveau. Et puis un jour, ça c'est mal terminé. Mes parents m'ont envoyé en désintoxication, et c'était pas génial. En fait j'avais trop mal pour m'en rendre compte. J'avais perdu mon cousin, l'estime de mes parents, mon innocence. Maintenant, j'essaie de ne pas retomber dans ses bras tentateurs et vicieux. Faut dire que je m'amuse toujours autant, même si c'est différent. Là, je me souviens de ce que je fais. De qui je vois, de ce que j'ai bu. Je ne dirais pas que je me suis assagi. J'évite de tomber aux extrêmes, voilà tout.

« Mh, vraiment ? A première vue, j'aurais pensé que tu étais le genre dominateur ; celui qui prend les commandes. Celui qui calcule tout ». Je scrute son visage, guettant une réaction qui pourrait le trahir. Mais il semble à son aise ; parfaitement calme et posé. « Je n'ai pas l'habitude de remercier... Il faudra que tes prouesses soient à la hauteur de mes espérances, Ae On ». Nos corps, nos lèvres se frôlent. Je peux sentir le battement de son cœur. Ma main vient se poser sur sa nuque, et je glisse quelques doigts dans sa chevelure. Alors, on allait vraiment faire ça ? Un sourire amusé aux lèvres, je lui lance un regard interrogateur. Mes yeux dérivent vers ses lèvres. On verra bien qui sera le premier à flancher. J'avance mon visage, le regardant une dernière fois et je l'embrasse. D'abord, c'est doux, léger. Presque un songe agréable. Et puis le contact est plus ferme, plus masculin. Je goutte à ses lèvres, exquises. Ma langue trouve la sienne, et c'est fort agréable. Nos bassins collés, je sens que cette étreinte est beaucoup trop bonne. Le plus excitant, dans cette affaire, c'est l'enjeu. Savoir que l'autre cache quelque chose. Considérer ses limites. Le pousser jusqu'au bout. Enfin, je m'écarte de lui. Un sourire mutin aux lèvres, j'y passe un doigt distrait. « Mh, vraiment pas mal ». Puis je pose une main sur sa braguette. « Devrais-je descendre un peu plus bas pour un second baiser ? ».


There's a green light in my eyes + And I don't want to see what I've seen. To undo what has been done. Turn off all the lights.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm not stalking u, ft. yunsu.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not stalking u, ft. yunsu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Guide du Stalking sur Internet
» What ?! Are you stalking me ?! - ft. Han Jun Su

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLACKOUT ::  :: Zone Sud :: Les logements et propriétés-